Synopsis

Beyrouth années 1990 Lowell Bergman vient d’obtenir une interview exclusive du chef des Chiites pour le magazine télévisé le plus populaire aux Etats-Unis « 60 minutes » de CBS. De retour à New York il reçoit un dossier sur l’incandescence du tabac dans une cigarette. Pour le déchiffrer il demande un spécialiste. On lui propose le Docteur Jeffrey Wigand. Celui-ci dans un premier temps refuse de lui parler. Il vient de se faire licencier de sa société et a signé une clause de confidentialité qu’il entend respecter afin de maintenir ses avantages sociaux. Mais la société Brown & Williamson troisième société de tabac du pays, veut lui faire signer une nouvelle clause de confidentialité encore plus restrictive…

CRITIQUE

Michael Mann nous montre qu’il est plus aisé d’avoir affaire à des terroristes islamistes libanais qu’à des cigarettiers américains!

Ces derniers ayant des armes bien plus redoutables que les bombes et les assassinats.
Par exemple des milliards comme trésor de guerre, les recours judiciaires interminables, les pressions psychologiques énormes sur les personnes, le mensonge et la dissimulation. Et bien plus de morts sur la conscience.
Cela fait froid dans le dos.

Le cinéma américain lorsqu’il dénonce les méfaits des capitalistes ou de leurs politiques est d’une efficacité redoutable. Et le film de Michael Mann en est un excellent témoin.

Non seulement le film porte le sujet de l’assassinat (prémédité) de milliers de personnes par l’industrie de la cigarette, mais traite aussi des médias et de leur faiblesse face à la société capitaliste et leur dépendance à la publicité des grandes entreprises.

Le film rappelle les grands films dossiers des années 1970 : « Les hommes du Président » (« All the President’s men« ) (1976) de Alan J. Pakula  « Les trois jours du condor » (« Three days of the Condor« ) (1975), de Sydney Pollack « Network »  (1976) de Sidney Lumet.

Interprétation sans faille de deux grands acteurs que sont Al Pacino et Russell Crowe. Mais comme dans « Heat » (1995) les seconds rôles sont extraordinaires.

Scénario en béton armé et réalisation virtuose qui transforme un film sur un sujet technique en termes juridiques en exceptionnel thriller. Du grand art.

Film mal aimé : échec public et sur les sept nominations aux Oscars… aucun remporté!

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La scène où la direction de CBS annonce à CBS News en théorie indépendante du groupe, que le sujet (l’interview du docteur Wigand) ne sera pas diffusé car cela pourrait mettre en péril financier la compagnie, qui est en train de négocier un rachat à la Westinghouse Electric Corp. Édifiant!

L’ANECDOTE

Ce film relate le début des déboires judiciaires des sept grandes compagnies de tabac dont les PDG disaient ignorer les effets nocifs de leurs produits. B & W paiera le prix fort et disparaîtra rachetée par Reynolds.

NOTE : 16/20

Video & Photo

1 videos 18 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *