Synopsis

New York 1958, Norville Barnes fraîchement diplômé de l’Université de Muncie, débarque en autobus pour y trouver un job de cadre. Mais n’ayant aucune expérience il doit se contenter d’entrer à La Hudsucker Industries en tant que porteur de message et trieur de courrier. Au même moment Waring Hudsucker PDG de la Hudsucker Industries après avoir écouté les formidables résultats de son entreprise et ses magnifiques prévisions de croissance se jette par la fenêtre du 44° étage. Laissant dans le désarroi tous les actionnaires. Waring Hudsucker n’ayant aucun héritier toutes ses actions qu’il détient en majorité seront revendues sur le marché le 1er janvier 1959 soit d’ici un mois et éparpillées ou bien rachetées en totalité par qui sait… un beatnik! Afin d’éviter ce scénario catastrophe, Sydney J. Mussburger a une idée…

CRITIQUE

Comédie débridée des frères Coen qui se jouent des requins de Manhattan avec une verve insolente.

Ils font appel à un casting prestigieux et formidable pour interpréter cette fable désopilante.

Décors somptueux, images magnifiques, idées scénaristiques qui fusent et interprétation superbe.


Jennifer Jason Leigh bat des records de débit de texte, tandis que le dégingandé Tim Robbins qui semble inoffensif peut s’avérer un PDG impitoyable.

On rit énormément à cette comédie qui assassine le milieu de l’entreprise et du journalisme.

Magistrale musique de Carter Burwell. Le film des frères Coen que je revois le plus régulièrement. Un film de chevet en fait!

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Amy Archer engueule Norville Barnes alors président de la Hudsucker Industries, et lui remet sa démission avec une gouaille infernale. Impressionnant.

L’ANECDOTE

Joel & Ethan Coen avaient l’intention de tourner le film en noir et blanc. Joel Silver qui produit le film est parvenu à les dissuader. Pour la bonne cause?

NOTE : 17/20

Video & Photo

1 videos 24 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *