Synopsis

France, du côté de Cherbourg années 1980, maître Martinaud notaire est convoqué le soir du réveillon du 31 décembre à propos de sa découverte du cadavre d’une fillette deux jours plus tôt sur le long de la plage. L’inspecteur Gallien et l’inspecteur Belmont mènent l’interrogatoire. Or le comportement et les mensonges du notaire, de témoin en font un suspect. La vie intime du notaire va être déballée entre les quatre murs du commissariat…

CRITIQUE

Ce film est une adaptation du roman de John Wainwhright intitulé « A table!« .

C’est Jean Herman (connu aussi sous le pseudonyme de Jean Vautrin) et Claude Miller qui se sont chargés de l’adaptation.

Les dialogues ont eux été confiés à Michel Audiard qui a sûrement écrit à cette occasion son  chef de d’œuvre. Travail minutieux et non apprêté. D’une efficacité redoutable. D’autant qu’ils sont mis en bouche par deux colosses du cinéma français.

Lino Ventura et Michel Serrault. Ce dernier sait donner à ce notaire une ambiguïté qui fait osciller le spectateur entre sa culpabilité et son innocence maintes fois durant le film.
Guy Marchand fait une belle performance en flic crétin.
Romy Schneider qui interprète la femme du notaire et qui veut voir son mari croupir en prison est saisissante.

Claude Miller dans son montage insère des flash-back qui aèrent le film et renforcent le caractère oppressant des scènes de commissariat. Le film s’achève sur un twist ending qui à l’époque dans le cinéma français était rare, mais hélas il est un poil raté…

Belle musique de Georges Delerue qui rappelle les comptines .

 

Ce film est recensé dans la page : LE FILM POLICIER ET LE THRILLER FRANÇAIS DE 1945 à 2015.

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

L’inspecteur Gallien quitte la pièce en soulignant le mensonge de Martinaud qui lui affirme s’être baladé du côté du phare un soir de brouillard sans avoir noté la corne de brume. Moment où le spectateur balance de la non culpabilité à la culpabilité du notaire.

L’ANECDOTE

rueducine.com-cesarCe film reçoit 4 Césars meilleur acteur pour Michel Serrault, meilleur scénario pour Claude Miller et Jean Herman, meilleur acteur dans un second rôle pour Guy Marchand et meilleur montage pour Albert Jurgenson.

NOTE : 16/20

Video & Photo

16 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *