Synopsis

Le poliziottesco (pluriel poliziotteschi), appelé aussi « poliziesco all’italiana » est un genre (filone en italien) cinématographique italien qui est né au milieu des années 1960 et mort au début des années 1980.
Genre éminemment urbain et violent qui colle à l’actualité italienne, à savoir le traumatisme des années de plomb qui frappe (souvent aveuglément) les citoyens italiens.

Les spécialistes du genre s’accordent sur la naissance du genre avec le film  « Lutring… réveille-toi et meurs » (« Svegliati e uccidi« ) (1966) de Carlo Lizzani. Puis le genre s’installe pour de bon avec « Bandits à Milan » (« Banditi a Milano« ) (1968) toujours de Carlo Lizzani.

Mais c’est le film « Le témoin à abattre »  (« La polizia incrimina, la legge assolve« ) (1972) d’Enzo G. Castellari qui devient le mètre étalon du genre.  Ce film est influencé par des films américains comme « L’inspecteur Harry » (« Dirty Harry« ) (1971) de Don Siegel et « French Connection » de William Friedkin.  Il installe définitivement les codes du genre.

A savoir un flic qui doit sortir des contingences imposées par la société et sa hiérarchie pour se lancer dans une sorte de vengeance plus que dans une enquête policière.
Une photographie des années de plomb vues et souvent subies par les policiers. L’impuissance de la police qui se voit souvent contredite par la justice.

Plus tard le genre s’inspire de films comme « Serpico » (1973) de Sidney Lumet ou « Un justicier dans la ville » (« Death wish« ) (1974) de Michael Winner.

Mais le poliziottesco influence de la même façon le cinéma français. Des films comme « Sans mobile apparent » (1971) de  Philippe Labro ou « Peur sur la ville » (1975) d’Henri Verneuil qui sont des coproductions franco italiennes transpirent le poliziottesco et le giallo.

Des acteurs étrangers (américains et français) viennent volontiers jouer dans ce genre typiquement italien.
Le cascadeur Remy Julienne et sa team sont souvent appelés pour gérer les cascades de ces films.

Le poliziottesco envoie des signaux plutôt de gauche à ses débuts, mais très vite il devient un genre marqué par l’idéologie réactionnaire. Il devient un exutoire face à l’incapacité de l’Etat italien à juguler les multiples violences (criminelles, mafieuses, politiques, terroristes) qui secouent le pays.
La solution proposée est donc un flic hors des clous qui devient policier, juge et bourreau.

Le représentant du courant réactionnaire (voire néo-fasciste) du genre est l’acteur Maurizio Merli (1940-1989). Il sera la figure incontournable du genre au milieu et fin des années 1970. Par trois fois il interprètera le commissaire Berti qui préfère sa justice à celle de la société dans « Rome violente » « Roma violenta » (1975) de Marino Girolami « S.O.S. Jaguar : Opération casseurs » (« Napoli violenta« ) (1976) d’Umberto Lenzi et  « Brigade spéciale en action » (« Italia a mano armata« ) (1976) de Marino Girolami

D’excellents musiciens illustrent le poliziottesco.
Parmi eux :
Ennio Morricone qui en faisant peu de films de ce genre compose néanmoins des musiques extraordinaires comme « La rançon de la peur » (« Milano odia: la polizia non puo sparare« ),
Luis Enriquez Bacalov et « Milan Calibre 9 » (« Milano calibra 9« ),
ou encore le plus volubile dans ce genre Stelvio Cipriani « Société anonyme anticrime » (« La polizia ringrazia« ) (1971), « Le grand kidnapping » (« La polizia sta a guardare« ) (1973), « La lame infernale » (« La polizia chiede aiuto« ) (1974), « La polizia ha le mani legate » (1975).

Le genre poliziottesco prend le relais du western italien dit « spaghetti » dans ses thématiques de violence, puis d’humour potache avec les films tournés par l’acteur Tomàs Miliàn (1933-2017) dans lesquels il joue le flic Nico Giraldi tournés par Bruno Corbucci.

Le genre s’essouffle à la fin des années 1970 usé jusqu’à la corde (comme le western dit « spaghetti » et le giallo) à force de productions hasardeuses, peu ambitieuses et sans investissements financiers.
Les scénarios au kilomètre sont débités sur les écrans des cinémas. Et malgré une surenchère dans la violence et dans le spectacle notamment les course poursuites dans les rues des villes italiennes, les salles de cinéma sont peu à peu désertées par un public de plus en plus séduit par la télévision.

Write a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *